Bracadabra

bracadabra« Lorsque l’on vient voir un magicien, on vient pour se faire duper… On sait qu’il va nous mentir, on souhaite même qu’il le fasse, et le mieux possible ! Bracadabra est une exposition magique, interactive, vivante, protéiforme, où le spectateur est moteur des événements et des œuvres qu’il enclenche par sa présence ou par ses actions. Ici pas de magicien. Rien que vous et elle (l’exposition). Venir voir Bracadabra, c’est donc venir volontairement se faire duper par soi même… Bracadabra est un lieu de passage qui invite à questionner notre perception du monde et notre rapport au temps. Il faut venir ici et il faut accepter d’y rester. Il faut jouer avec. Il faut comprendre et ne plus comprendre. Il faut abandonner et puis rêver. Un parcours. Une collection d’impossibilités, d’œuvres méticuleuses et poétiques, qui infiltrent vos certitudes et les remplacent par des doutes. Bracadabra pose des questions et ne donnera pas de  réponses. Ou peut-être que si. Tout ceci est un mensonge. Une illusion. Un vaste mystère, une fabrique à souvenirs étonnants qui vous oblige à faire une pause, dans le temps et dans vos convictions. Avant tout, pour qu’elle s’anime, il faut que vous soyez là, car c’est vous qui la créez, elle joue avec vous, elle se joue de vous, pour vous. Et étrangement, inexplicablement, vous en faites déjà partie si vous lisez ce mot…. elle vous attend déjà. » (Concepteur de l’exposition Bracadabra. Parcours magique : Domingos Lecomte)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 LES ALENTOURS DU TEMPS

Bracadabra est une pause, un ralentissement.

Une exposition sur la magie, mais qui fait de la magie toute seule, sans magicien, et pour toute la famille. Une collection de moments qui explore notre façon d’occuper notre temps.

Nous sommes dans une société à court de temps, où chacun court après le temps. Parfois le temps est long, parfois il est trop court et tout va trop vite. Pendant qu’il fait nuit ici, il fait jour ailleurs… Le temps n’est donc pas honnête, pas fiable. Avant on comptait en kilomètres, maintenant on compte en temps. On ignore la distance entre Paris et Bordeaux, mais on sait que l’on met 3h en train. Ne pas avoir le temps est important. C’est prouver que l’on est important.

 Car c’est la valeur qui compte vraiment. On est dans un temps impatient, on doit donc aussi être impatient ! Ici, le temps est modelé, les œuvres se méritent, se font désirer. On attend son tour, on y investi du temps pour voir, comprendre, essayer. On est forcé de suivre un rythme lent et qualitatif, de l’investir dans des procédés surannés sans garantie de retour. On perd son temps différemment, et on l’apprécie. Bracadabra est une belle mécanique de lutte contre le temps chronophage : il faut le temps de la désirer, d’y aller, de la parcourir, le temps de la vivre, le temps de s’en souvenir. Un média très différent de la TV, radio ou du net qui sont instantanés. Ou même du spectacle vivant puisqu’on y est pleinement investi, in situ, et qu’on en ressent les effets.

 DE LA MAGIE À LA MAGIE NOUVELLE

De la plus haute Antiquité à nos jours, l’art de manipuler les objets, la magie, mais aussi d’autres formes d’arts (marionnettes, ombres, etc.) et de prétendre que cette manipulation est le fruit d’un phénomène surnaturel, existe. Cela relève de l’imaginaire, du rêve qui prend corps dans la réalité. Depuis la préhistoire aux miracles des pharaons, l’homme s’est questionné, puis passionné, pour le mystère et la magie du monde qui l’entoure. Escamoteurs, « physique amusante », bonimenteurs, sorciers… La magie et ses pratiquants ont porté de nombreuses appellations. Aujourd’hui, le terme de prestidigitateur (presto digiti / agilité des doigts) porte en lui l’exigence de maîtrise corporelle que demandent certaines manipulations ou certains tours.

© Fabien Montes

© Fabien Montes

Mais l’art magique est plus que cela ; c’est la connaissance de réflexes physiques, de procédés psychologiques. Une manière de concevoir ce que l’on donne à voir pour créer une « double réalité » où seul le magicien est au fait de ce qui se déroule réellement. La bonne question en magie n’étant pas « comme ça marche », mais « POURQUOI ça marche » !

Le courant artistique de la magie nouvelle se sert de ce répertoire de tours et de ces artifices pour mettre en avant le « sentiment magique », une émotion forte qui prend des formes variées et qui touche aussi bien les adultes que les plus jeunes. Un moyen d’aborder et de comprendre les émotions engendrées par le trouble des sens. Libérée des conventions traditionnelles (boîtes à paillettes et autres lapins), la magie nouvelle cherche à « détourner le réel dans le réel », c’est à dire à surprendre dans des endroits inattendus, par des artifices inimaginables, afin de faire naître des choses impossibles sous des formes originales : expositions, spectacles, défilés, cuisines, musiques. Notre seule limite est notre imagination…